ALPO

Type : FWVL - INTERREG

Date de démarrage : 01/10/2016

Titre : Nouveaux Matériaux Polymères issus de la Biomasse Microalgue

Durée : 60 mois

Chef de Projet/Project Leider/Project Leader
Jean-Marie Raquez, Institut Matériaux | +32 65 37 34 81 | This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Coordinateur/Project Coordinator
Laurent Dewasme, Institut des Biosciences | +32 65 37 41 35 | This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Unité : Institut des Biosciences

Résumé : L'utilisation des matières premières renouvelables se généralise en plasturgie, en particulier dans l'emballage et le  textile. Les dernières tendances montrent clairement que, sous la pression législative  visant à réduire l'émission des gaz à effet de serre, les utilisateurs de matières plastiques développent  ainsi de nouveaux matériaux biosourcés avec des propriétés très performantes. Cependant, le  développement de tels bioplastiques reste en retrait en Europe, notamment dans la zone transfrontalière  FWVL. La conception de nouveaux (bio)plastiques à haute valeur ajoutée est un secteur stratégique à  investir pour la poursuite et le développement d'une activité économique des PME et grandes entreprises de cette zone. Ce projet de recherche s'inscrit dans le développement économique régional par l'innovation technologique, en vue de développer des bioplastiques à hautes performances et compétitifs, via des méthodes de production soutenables tant d'un point de vue économique qu'environnemental. Un autre défi crucial est d'éviter, par l'exploitation de ressources renouvelables d'origine végétale, de rentrer en compétition avec l'alimentaire. Dans ce contexte, le projet ALPO visera, plus spécifiquement, à développer des nouvelles briques de construction (monomères, etc.) et des bioplastiques correspondants, en utilisant des microalgues, matière première renouvelable et non-alimentaire, au travers d'un partenariat interdisciplinaire académique (chimistes, ingénieurs et biologistes) et institutionnel (pôles IAR, Greenwin, POM, PCG, AQUIMER). Les nouveaux grades en bioplastiques, spécifiquement des polyesters et des revêtements multifonctionnels développés, pourront trouver des perspectives de développement fortes, notamment dans des secteurs d'activités industrielles présents dans la zone INTERREG (textile, automobile et biomédical) en collaboration avec les pôles de compétitivité (vi
de supra). Finalement, les actions envisagées dans le cadre du projet ALPO permettront i) de renforcer les liens entre les acteurs universitaires transfrontaliers par une recherche transdisciplinaire et transférable et ii) de la communication et dissémination dans le projet ALPO et de son portefeuille GoTo3S vers les secteurs industriels de la zone FWVL.

MABDRIVE

Type : Recherche Collective

Date de démarrage : 01/10/2014

Titre : Modélisation et optimisation de la croissance et des conditions de culture de cellules animales en bioréacteurs à fibres creuses

Durée : 30 mois

Promoteurs : Alfred Collard, Olivier Dervaux

Unité : CER Groupe, Département Biotech

Résumé : A ce jour, les anticorps monoclonaux (mAbs) sont énormément utilisés comme outils thérapeutiques et diagnostiques. Le marché des mAbs représente plusieurs dizaines de milliards de dollars et est en constante augmentation, de même que la demande en termes de quantités à produire.
Depuis de nombreuses années, le CER Groupe se spécialise dans l'obtention de mAbs. Pour réaliser des productions de plusieurs grammes, un bioréacteur à fibres creuses est utilisé. Toutefois, l'obtention de rendements élevés n'est pas toujours garantie. En effet, chaque hybridome sécrète ses anticorps à des rendements différents, qui peuvent parfois être très faibles, limitant leur utilisation pour cause de coûts de production trop élevés. De plus, l'optimisation systématique des conditions de culture est économiquement inconcevable, ce qui mène parfois à l'arrêt prématuré du programme d'obtention de mAbs.
Lors de précédentes recherches, le Centre BioSys de l'Université de Mons, avec l'aide de l'Université Libre de Bruxelles, a développé des modèles mathématiques de différentes lignées cellulaires ainsi que des capteurs performants permettant de contrôler la productivité lors de cultures en bioréacteur classique.
Durant les cultures d'hybridomes, beaucoup de paramètres doivent être surveillés. Bien qu'il soit intéressant de comparer les rendements des méthodes en bioréacteur classique et à fibres creuses, il est surtout intéressant d'analyser les possibilités d'améliorer le «monitoring» du bioréacteur à fibres creuses pour en augmenter les performances. Jusqu'à présent, la plupart des innovations en matière de culture cellulaire étaient plutôt axées sur le «design» du bioréacteur. L'amélioration du «monitoring» permettra également d'effectuer une optimisation de la consommation en milieu de culture ce qui diminuera les coûts de production.
Les délivrables principaux seront, dès lors, de nouveaux outils de monitoring et modèles mathématiques adaptés aux lignées cellulaires utilisées par le CER Groupe qui pourra ensuite offrir ses services aux différents acteurs concernés en Wallonie.

PHARMA-FUN 

Projet ERA-NET Eurotransbio en collaboration avec Almadius AT (Wallonie) et la région de Navarre (Espagne). Voici les partenaires espagnols:

  • IDIFARMA - Navarre, Espagne - Coordinateur
  • Centro tecnológico L’Urederra - Navarre, Espagne - Partenaire
  • Servicios de Montjurra - Navarre, Espagne - Partenaire

Montant du projet : 675.000 €

Titre : Nouvelle unité de traitement des eaux usées pour l’élimination des PPCPs

Résumé : Le maintien et l' amélioration de l'environnement aquatique sont les principaux objectifs de la politique européenne pour l'eau. Les eaux de surface et souterraines sont exposées à la pollution par les arrivées d’eaux usées et de divers produits chimiques naturels et synthétiques. Ces catégories de composés comprennent les produits chimiques organiques synthétiques, les pesticides, les médicaments et les perturbateurs endocriniens qui se sont révélés comme étant présents dans la plupart des plans d'eau en Europe. Selon la Directive Cadre Européenne sur l’eau 2000/60/EG «le but ultime ... est de parvenir à l'élimination des substances dangereuses prioritaires et à contribuer à amener les concentrations dans l'environnement marin proches des valeurs de substances présentes naturellement".
L'objectif global de ce projet est le développement d'un nouveau traitement tertiaire de station d’épuration, basé sur le traitement biotechnologique, pour éliminer les PPCPs et éviter que ces contaminants n’atteignent les cours d'eau.
Ce nouveau traitement consistera en l’utilisation de souches de champignons et de leurs enzymes produites pour supprimer ce type de contaminants contenus dans les eaux usées. La plupart des formes utiles de champignon appliquées en bioréacteurs pour le traitement des eaux usées sont des pastilles fongiques humides. Dans la nouvelle technologie proposée par le présent projet, une nouvelle forme d’application de ces micro-organismes est développée. De nouvelles résines innovantes seront fabriquées pour être utilisées comme support matériel immobilisant, menant à l'amélioration de l’efficacité d’élimination des polluants par les souches de champignons et les enzymes. L’objectif est d’effectuer une réelle percée technologique dans le domaine des biotechnologies industrielles pour le traitement des eaux usées.

MYCOMELT

Projet du programme WBGreen initié par la Région Wallonne en collaboration avec les services de pharmacie galénique (coordinateur) et de chimie organique de l’Université de Liège, et le centre de recherche SIRRIS. UTERON PHARMA et PHARMA TECHNOLOGY sont les parrains industriels.

Montant : 1.136.444,50 € (pour la première période de 2 ans)

Titre : Développement, optimisation et contrôle en ligne d'un procédé en continu d'extrusion et de thermoformage pour la fabrication de formes solides à usage pharmaceutique.

Résumé : De très nombreuses molécules actives, candidates dans le développement de nouveaux médicaments, présentent une faible solubilité aqueuse. Lors de leur administration orale, cette dernière a un impact négatif sur leur biodisponibilité et leur efficacité.
Les principes actifs de classe BCS 2, présentant une solubilité faible et une perméabilité intestinale importante, présente un intérêt particulier pour l’industrie
pharmaceutique. En effet, leur mise sur le marché est directement conditionnée par une augmentation de leur solubilité. Le développement de formulations innovantes et de nouvelles techniques de fabrication permettant d’augmenter la solubilité de ce type de molécule représente donc un challenge important pour l’industrie pharmaceutique. L’extrusion à chaud ou ‘hot-melt extrusion’ (HME) est un procédé de fabrication, respectueux de l’environnement, utilisé récemment pour la fabrication de médicaments.
Il permet notamment, sans l’utilisation de solvant, d’augmenter la solubilité et la biodisponibilité des principes actifs à faible solubilité aqueuse en formant
des dispersions/solutions solides. Un procédé de fabrication en continu, obtenu par le couplage de la HME avec un système de thermoformage, permet de réduire l’impact environnemental de manière encore plus importante (diminution des besoins énergétiques, de la surface des locaux GMP, de la quantité de déchets).
L’intégration de la Technologie de contrôle des Procédés ou «Process Analytical Technology» (PAT) et de la spectroscopie vibrationnelle (proche infrarouge et Raman) permet une analyse rapide, non destructive et évitant l’utilisation de solvants ainsi qu’une maîtrise des procédés de fabrication basée sur une mesure en temps réel des paramètres critiques.
Un rétrocontrôle est également nécessaire pour maintenir le système dans les conditions optimales tout au long du processus.

VALMIN

Projet du programme WBGreen initié par la Région Wallonne en collaboration avec le service 4MAT de l’ULB. PRAYON est le parrain industriel.

Montant : 499.660 € (pour la première période)

Titre : Etude et modélisation d’une cristallisation fractionnée d’éléments inorganiques dans les eaux de process d’une industrie chimique.

Résumé : La problématique de ce projet se situe dans la récupération d’éléments inorganiques (type phosphate, cobalt, fluor, nickel, aluminium, carbonate, chrome, cuivre, palladium, sulfate,…) dans les effluents d’industries chimiques. Dans le cas précis du parrain industriel (PRAYON), il s’agit de pallier aux problèmes de séparation effective des différents composants, de filtration, de teneur en eau élevée, des teneurs en fluorures et phosphates variables et de la faible valorisation des déchets via l’addition de chaux/calcaire.